Err

Les spécialistes du chant choral
Trois histoires d'animaux

Trois histoires d'animaux

(Code: A110410031)

Ce triptyque, pour choeur féminin ou choeur d'enfants, fait se succéder un mouvement modéré, un mouvement lent et enfin un final rapide. Le 1er mouvement, J'aime l'âne (poème de Francis JAMMES), le piano évoque le trottinement d’un animal résigné et mélancolique. L’évocation d’une jeune fille interrompt par deux fois cet ostinato qui revient, par la suite, inexorablement jusqu’à la fin. Le 2nd chœur, Pourquoi je suis tant éperdu (poème de Joachim du BELLAY), évoque la tristesse du poète dont le petit chat, Belaud, a disparu. Mais sa douleur se transforme à la fin en un hymne à la gloire de Belaud, à qui il promet que « tant qu’il vivra, les chats aux rats feront la guerre ! ». Dans le dernier mouvement, Le rat de ville et le rat des champs, le mouvement « assez vif » et la mesure ternaire donnent à cette pièce un allant et une gaieté qui contrastent avec les morceaux précédents. NB : cette célèbre fable de La FONTAINE a déjà été mise en musique par Yvon BOURREL (pour 3 voix d’enfants ou de femmes a capella). Il s’agit ici d’une toute autre version.

8,45 EUR
45g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%


Ce triptyque, pour choeur féminin ou choeur d'enfants, fait se succéder un mouvement modéré, un mouvement lent et enfin un final rapide. Le 1er mouvement, J'aime l'âne (poème de Francis JAMMES), le piano évoque le trottinement d’un animal résigné et mélancolique. L’évocation d’une jeune fille interrompt par deux fois cet ostinato qui revient, par la suite, inexorablement jusqu’à la fin. Le 2nd chœur, Pourquoi je suis tant éperdu (poème de Joachim du BELLAY), évoque la tristesse du poète dont le petit chat, Belaud, a disparu. Mais sa douleur se transforme à la fin en un hymne à la gloire de Belaud, à qui il promet que « tant qu’il vivra, les chats aux rats feront la guerre ! ». Dans le dernier mouvement, Le rat de ville et le rat des champs, le mouvement « assez vif » et la mesure ternaire donnent à cette pièce un allant et une gaieté qui contrastent avec les morceaux précédents. NB : cette célèbre fable de La FONTAINE a déjà été mise en musique par Yvon BOURREL (pour 3 voix d’enfants ou de femmes a capella). Il s’agit ici d’une toute autre version.


J’aime l'âne (Yvon Bourrel/ Francis Jammes)
Pourquoi je suis tant éperdu (Yvon Bourrel/ Joachim Du Bellay)
Le rat de ville et le rat des champs - Op. 131 (Yvon Bourrel/ Jean De La Fontaine)