Err

Les spécialistes du chant choral
Blog

Georges Delerue, un compositeur classique

Georges Delerue, un compositeur classique
Georges Delerue, vous connaissez ?
Figurez-vous que cet immense compositeur de musiques de films avait un péché mignon : composer de la musique classique "pure".
Le 12 Août 1983, dans le cadre du festival des XIe Choralies à Vaison la Romaine a lieu la création mondiale d'une de ces compositions de musique pure qu'il affectionnait : Prières pour les temps de détresse. Cette œuvre pour chœur et ensemble instrumental est disponible à la vente, sous les formats chœur, chœur piano, parties instrumentales en location (nous contacter). Un projet d'enregistrement, prévu pour mars 2020 et repoussé longtemps a enfin été concrétisé : rien de tel pour vous convaincre de programmer cette pièce que de l'entendre. Retrouvez le CD en vente ICI.
Rédigé le  13 jan. 2023 13:44  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Les grands airs vous feront du bien !

Les grands airs vous feront du bien !

Un arrangement pour chœur d'un air original pour soliste : c'est le pari fou de cette collection "Les grands airs vous feront du bien".

Emmanuel Robin s’empare de ces grands airs d’opéra si connus et leur donne relief nouveau.

Les œuvres originales ne sont aucunement trahies, et le grand succès que ces arrangements rencontrent déjà en sont le meilleur témoignage.

Six opus sont d’ores et déjà disponibles, plutôt pour des chefs et chœurs ayant déjà une bonne pratique :

Pour les chœurs moins aguerris, le recueil «Oser ... les grands airs d’opéra», construit sur le même principe mais en prenant en compte les contraintes d’un groupe de niveau débutant ou moyen : tessitures resserrées, le souci du plaisir vocal, des thèmes répartis dans toutes les voix, et des accompagnements qui sont de vrais contrechants. Pour couronner le tout, un bon pianiste se sortira sans encombre de sa partie.

Ce recueil constitue à lui seul un programme «clés en mains» pour votre prochain concert : 14 pièces, y compris un bis, agençables et sélectionnables à l’envi.

Alors n’hésitez plus et lancez-vous : l’opéra vous tend les bras !


Rédigé le  19 déc. 2022 11:23  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Hommage à Norbert Ott

Hommage à Norbert Ott

Une grande figure d'À Cœur Joie nous a quittés et c'est avec une grande tristesse que nous partageons, avec vous, cette perte.

Nos pensées et notre soutien se tournent vers Norbert Ott, sa famille et ses amis.

Thierry Thiébaut :

"Mon ami Norbert,

Le virus t’a fait un coup de Jarnac en emportant ton dernier souffle. Que de souvenirs nous avons partagé ensemble sur la route d’À Cœur Joie : dans ta région de Lorraine où tu fus l’artisan de nombreuses Rencontres et sessions, au conseil d’administration alors que l’association traversait à la fin du siècle dernier des moments difficiles. Je garde de toi à cette période le souvenir de ta grande écoute, de ton empathie naturelle, recherchant l’entente avant tout, le compromis dans le calme qui t’habitait naturellement pour désamorcer les conflits. Ta présence au conseil musical et à la commission nationale de formation a toujours su préserver les valeurs d’À Cœur Joie portant un répertoire et une pédagogie sans exclusive, du débutant au musicien plus chevronné. Au-delà même, tu as accepté avec enthousiasme de collaborer au projet de lancement de Cœurs en chœurs à l’occasion de son concert au Palais des Congrès à Paris en réalisant harmonisations et orchestrations des pièces interprétées par les 300 choristes valides et handicapés : » We’ll never walk alone » que tu as adapté pour la circonstance. Les nombreux ateliers que tu as dirigés, tant aux Automnales qu’aux Choralies, ont prouvé par leur fréquentation combien tu savais parler au cœur de chacun.

« Norbert, il y a 80% de voix féminines dans ton atelier »… tu me répondais : « on fera avec »

Tu restes avec nous. Les nombreuses partitions que tu as écrites et harmonisées et qui, pour beaucoup d’entre elles, ont été publiées aux Editions À Cœur Joie, seront toujours là pour rappeler ces moments heureux partagés en les interprétant.

Merci Norbert de cette générosité qui t’habitait, de ton humilité qui ne te faisait jamais prendre les places du devant. Merci de l’homme que tu as été dans toute sa dimension pour que la musique passe avant toi."

Agnès Polet :

"Ce matin, j'ai perdu plus qu'un Ami, le coronavirus a eu raison de lui : Norbert Ott est décédé ce 26 mars 2020 à 5h du matin.

Pour beaucoup d'entre nous, il était un soleil ; son sourire, sa joie de vivre, sa musique, son don pour la transmettre vont nous manquer.

Vous êtes nombreux à pouvoir en dire peut-être beaucoup plus que moi sur sa carrière et son engagement : Marie-Thé Mathieu, Françoise Brunier, Thierry Thébaut, Jean Michel Pelotte, les centaines de personnes qu'il a dirigé lors des semaines chantantes, des Automnales, des Choralies ainsi que les milliers de choristes qui ont chanté ses harmonisations. Et vous êtes tout autant nombreux à pouvoir nous dire, depuis sa rencontre avec César Geoffray, son investissement pour À Cœur Joie, car il fut membre du Conseil d’Administration, du Conseil Musical, de la Commission Formation, etc.

Personnellement, je ne peux qu'humblement vous parler de l'Homme que j'ai tant admiré et pour lequel j'ai tellement d'affection.

Érudit, homme épris d'idéal, de fraternité, de sagesse, de spiritualité, d'amour des autres, Norbert Ott a consacré sa vie à donner, partager, aimant la différence, l'étranger. Généreux, sa dernière œuvre inspirée de l'Afrique « Bonso nuni mu zulu » en Kikongo « Comme les oiseaux dans le ciel » devait être créée juin par Opus 57 au profit de mon association Kiamvu-Le Pont pour l'éducation des enfants du Congo. Il avait aussi l'amour des langues, ses amis ACJ - Roumanie le savent bien.

La musique était pour lui un outil. Norbert me disait souvent : « Je suis au service de la musique et ce n'est pas la musique qui est mon service ». Son mentor, le peintre Thomas Gleb, disait cette phrase qu'il paurait pu faire sienne : « Mon désir est d’aller aux sources des choses. De là, l’œuvre est baignée dans l’aurore du commencement ».

Je pense à Edith son épouse, qui ne va plus entendre résonner toute la journée sa musique dans leur maison de Freyming-Merlebach ; à Jean Didier et Armelle ses enfants, à ses 3 petits-enfants, aux choristes de Freyming et de Hombourg-Haut, à tous les choristes que nous sommes et qui, aujourd’hui se trouvent également orphelins.

Et j'ose parodier son ami grand ami, Thomas Gleb :

J'habitais plus haut que ma musique,

je n'avais pas d'intermédiaire,

j'étais dans le ciel."

Rédigé le  3 avril 2020 16:37  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Thème - Le souvenir

Thème - Le souvenir

Voici notre sélection de partitions sur le thème du souvenir 

Lacrimosa / Ritz Rakotomalala / SATB

Adios Nonino / Astor Piazzola / Néstor Zadoff  / SATB

Do not stand at my grave  / Ritz Rakotomalala / SATB

La lune est morte / Georges Liferman/ Jacques Mareuil / Jean Lenoble / SSA

Farewell dear love / Robert JONES / SATB

Quand me souvient du tems passé/ Anonyme / SATB

Pauvre Rutebeuf (Que sont mes amis devenus) / Léo Ferré / Jean Michelet / SATB

Connaissez-vous là-bas / César Geoffray / SATB

La voix du souvenir / César Geoffray / SATB ou SSA

Les feuilles mortes(Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes) / Joseph Kosma / Thierry Morin / SAH

Les feuilles mortes(Oh je voudrais tant que tu te souviennes) / Joseph Kosma / Pierre-Gérard Verny / SSAA

Combien j'ai douce souvenance / Bernard Lallement / SATB

Jamais je n'oublierai / Victor P. Martin / SSAA

Des pas dans l'allée (Tombez, souvenirs, tombez feuille à feuill ) / Camille Saint-Saëns / SATB

Ballade en novembre (Qu'on me laisse à mes souvenirs) / Yani Spanos / Anne Vanderlove / Jean Golgevit / SAH

T'en souviens-tu la Seine ?/ Anne Sylvestre / Jacques Grindel / SAA ou SSA

Mi quiaqueñita(Cuando a La Quiaca volveré mil recuerdos surgirán) / Sergio Arriagada / Iris Thion-Poncet / SATB

Rédigé le  4 déc. 2019 15:17  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Le papillon

Le papillon

Ces trois mises en musique du poème d'Alphonse de Lamartine ont toutes les trois remporté un prix
au concours de composition du festival Eufonia à Bordeaux.

Issu des Nouvelles Méditations de Lamartine, ce court texte de dix alexandrins célèbre le destin évanescent d’un papillon. Avec un équilibre autant spiritualiste que charnel, le poète dessine la trajectoire de vie de cet insecte aussi familier que fascinant ; de sa naissance symbolique dans un réel toujours animé jusque dans une volupté toute céleste, quasi extatique. Créée à l’occasion de la finale du concours de composition du festival Eufonia 2019 à Bordeaux, cette partition fut tenue de respecter certaines consignes : 4 voix mixtes sans division, ambitus confortable, durée courte (moins de 3 minutes). Était donc laissée à la libre appréciation du compositeur la mise en musique du texte. 

Les trois compositeurs vous en parlent.

Florian GOUGNE - Premier prix du jury

La forme du poème lui-même ressemble à la vie d’un papillon : courte, sans pause. Articulé en deux phrases (l’une de 7 alexandrins et l’autre de 3) le texte propose deux aspirations, subtilement entremêlées. La première, volontiers descriptive, faisant acte du « destin enchanté» réservé au petit insecte. Naître et mourir, s’enivrer, être balancé de fleur en fleur, s’envoler, explorer sans approfondir, se laisser porter par un ciel azur, un parfum, par tous ce que la nature et la vie offrent de plaisirs opportuns. Peut-être ici trouverons-nous l’illustration et la définition magnifiée du verbe papillonner.
L’indépendance mélodique et rythmique des pupitres ainsi que les appuis mobiles de l’harmonie sont mis en contraste avec la seconde partie. Plus courte, toute en homorythmie, quasi déclamée, elle invite l’auditeur au cœur du message que porte la poésie.
On ne sait finalement d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi du papillon, toujours en mouvements, imprévisible, et fascinant de fragilité et de beauté toute éphémère ; l’image de la « rose » du premier vers est bien choisie par le poète. Ayant déjoué quelques pièges harmoniques, c’est une partition tout à fait accessible ; tant au niveau mélodique (pentatonisme, modalité) que rythmique. Vous serez peut-être surpris par la métrique mouvante et irrégulière, mais gardez à l’esprit qu’elle se rapproche de la prosodie du poème de Lamartine. En le déclamant, vous entendrez la mélodie suivre les accents du texte. Restera au chef de chœur de conduire librement ce texte et d’en emporter la course versatile vers une délicate volupté.

Sa partition : le Papillon / 4 pages / Voix : SATB a capella / Ref 10048 En vente ici


Henrik ØDEGAARD - Deuxième prix du jury

J’ai essayé de tracer une image sonore du papillon, avec ses ailes battant parfois rapidement, parfois lentement, et parfois immobile dans le vent, de sa courte vie de beauté et des ailes fragiles qui peuvent aussi bien l’emmener très haut que le faire atterrir sur une fleur, comme si bien décrit dans le poème d’Alphonse de Lamartine.

Sa partition : le Papillon / 4 pages / Voix : SATB a capella / Ref 10050 En vente ici


Raphaël TERREAU - Prix AMIDEL (Association des Amis d'Eliane Lavail)

Miroitements de couleurs, chatoyante légèreté, fragilité, métamorphose presque magique… Voilà ce qu’évoque le Papillon, symbole de l’âme et de l'immortalité dans de nombreuses cultures. Lamartine lui confère, dans ses Nouvelles méditations poétiques, autant de sensualité que de spiritualité. C’est ce que j’ai cherché à laisser respirer, à travers ces harmonies modales et ces rythmiques mouvantes.

Sa partition : le Papillon / 4 pages / Voix : SATB a capella / Ref 10049 En vente ici

Rédigé le  16 oct. 2019 15:57  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Blog - Journée découverte de répertoire à Chalon-sur-Saône

Journée découverte de répertoire Chalon-sur-Saône 
- Le 22 septembre 2019 -

La journée de lecture s’est déroulée au grand conservatoire de Chalon-sur-Saône sous la direction de Sophie Hervieux.
Nous étions 30 chanteurs dont 19 chefs de chœur !


Cette séance a été une vraie séance de travail et de lecture qui a duré 3 heures et s’est clôturée par un pot.
Nous avons proposé un répertoire varié, adapté aux chefs présents et aux chœurs qu’ils dirigent (chœurs d’enfants et d’adultes) et Sophie Hervieux a alterné le travail entre voix égales et voix mixtes ce qui a dynamisé la séance.

Gautier, qui nous représentait lors de cette journée, à présenté le contexte d’écriture pour de nombreuses pièces
ce qui apporte un élément pour la musique et le travail de son du chœur.


Sur les 19 chefs de chœur, 12 ont prévu d’utiliser des partitions découvertes lors de cette journée !

C’est une belle réussite et un moment musical et humain très intéressant à partager.


Cette journée a existé grâce à une belle coopération entre le Pôle Bourgogne Franche-Comté À Cœur Joie, le conservatoire de Chalon-sur-Saône, le LAB, la classe de direction de Pascal Baudrillart et les Editions À Cœur Joie.


Pour connaître les journées de découverte prévues cliquez ici

Rédigé le  26 sep. 2019 11:56  -  Lien permanent
0 Commentaires