Err

Les spécialistes du chant choral
There the soul dwells

There the soul dwells

(Code: A112200125)
Composition très plaisante (dans le sens étymologique), équilibrée, sans grandes difficultés mais réservée à des chœurs de bon niveau et de bonne pratique chorale, et un très bel accompagnement d’orgue. La question principale qu’on peut se poser : pourquoi ces pages sont-elles écrites en empruntant un texte traduit en anglais au lieu du texte original de Sainte Catherine de Sienne ? La raison principale et essentielle : cette partition a obtenu le Premier Prix au Concours de composition de l’Association of Anglican Musicians en mars 2007 et cette Association organisatrice avait imposé aux compositeurs ce texte à mettre en musique ; l’œuvre primée devait donc être publiée telle quelle. Héloïsa FLEURY, née en 1959 à Sao Paulo (Brésil) a fait ses études supérieures en France, en particulier au Conservatoire Inter-Arrondissements de Paris (instrumentation, harmonie, analyse, solfège) ainsi qu’au CNSM de Paris (composition et analyse avec Claude Ballif, instrumentation et orchestration avec Serge Nigg) et des stages de composition avec Pierre Boulez (IRCAM), Luciano Berio et Franco Donatoni. En tant que compositrice, elle a obtenu des 1ers Prix à des Concours internationaux de composition ; son catalogue comprend des œuvres pour ensembles instrumentaux, des œuvres sacrées (messe, requiem, psaumes) et des œuvres profanes.Pour le texte :Catherine Benincasa est née à Sienne, en Italie, le 25 mars 1347. Elle était fille d'un teinturier. À l'âge de 15 ans, elle revêt l'habit des sœurs de la Pénitence de Saint Dominique (les Mantellate), un groupement pieux, fait essentiellement de veuves, qui ne suivaient pas stricto sensu une règle religieuse (pas de vœux) ; Dominique de Guzmán avait réuni et organisé des laïcs en une « milice » chargée de résister aux hérétiques et de récupérer et défendre les biens de l'Église usurpés par des laïcs. Son père meurt en 1368 et, cette année-là, a lieu à Sienne un coup d’État lors duquel Catherine sauve ses frères.

De 1370 datent ses premières lettres et les premières conversions. À partir de 1375, elle prend de manière publique la défense des intérêts du pape, en s'engageant pour le retour des papes d'Avignon à Rome et pour l'unité et l'indépendance de l’Église. En 1378, après le décès de Grégoire XI, Urbain VI devient pape à l'issue d'une élection tumultueuse. Catherine émet des mises en garde mais malgré cela survient le Grand Schisme d'Occident et l’élection de
Robert de Genève, l'antipape Clément VII. La même année, Catherine commence la rédaction de ses Dialogues, qui auraient été composés en cinq jours d’extase, du 9 au 14 octobre. En 1380, elle meurt à l’âge de 33 ans exténuée par les austérités.
On a d'elle des traités de dévotion, des lettres et des poésies remarquables par l'élégance et la pureté du style. Elle laisse notamment un Dialogo della Divina Providenza, dicté deux ans avant sa mort, et 381 lettres adressées autant à des gens du peuple qu'à des puissants (papes, rois, clercs ou laïcs) qu'elle a rédigé durant les dix dernières années de sa vie. Ces écrits brûlent de ferveur mystique et sa rhétorique efficace, mélange d'images bibliques et d'expressions communes, dénote une forte volonté de persuasion. L'édition la plus exacte et la plus complète de ses œuvres est celle de Jérôme Gigu, sous ce titre : Opère délia serafica sauta Catarina, Sienne et Lucques, 1707-1713, 4 volumes in-4.
Sr Suzanne Noffke, dominicaine, est considérée comme la meilleure spécialiste traductrice en anglais de l’œuvre de Sainte Catherine de Sienne. La prière 13 (We were enclosed...) utilisée pour There the soul dwells est extraite de The prayers of saint Catherine of Sienna, New York 1983, 2ème édition New York 2001.
5,10 EUR
22g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Composition très plaisante (dans le sens étymologique), équilibrée, sans grandes difficultés mais réservée à des chœurs de bon niveau et de bonne pratique chorale, et un très bel accompagnement d’orgue. La question principale qu’on peut se poser : pourquoi ces pages sont-elles écrites en empruntant un texte traduit en anglais au lieu du texte original de Sainte Catherine de Sienne ? La raison principale et essentielle : cette partition a obtenu le Premier Prix au Concours de composition de l’Association of Anglican Musicians en mars 2007 et cette Association organisatrice avait imposé aux compositeurs ce texte à mettre en musique ; l’œuvre primée devait donc être publiée telle quelle. Héloïsa FLEURY, née en 1959 à Sao Paulo (Brésil) a fait ses études supérieures en France, en particulier au Conservatoire Inter-Arrondissements de Paris (instrumentation, harmonie, analyse, solfège) ainsi qu’au CNSM de Paris (composition et analyse avec Claude Ballif, instrumentation et orchestration avec Serge Nigg) et des stages de composition avec Pierre Boulez (IRCAM), Luciano Berio et Franco Donatoni. En tant que compositrice, elle a obtenu des 1ers Prix à des Concours internationaux de composition ; son catalogue comprend des œuvres pour ensembles instrumentaux, des œuvres sacrées (messe, requiem, psaumes) et des œuvres profanes.Pour le texte :Catherine Benincasa est née à Sienne, en Italie, le 25 mars 1347. Elle était fille d'un teinturier. À l'âge de 15 ans, elle revêt l'habit des sœurs de la Pénitence de Saint Dominique (les Mantellate), un groupement pieux, fait essentiellement de veuves, qui ne suivaient pas stricto sensu une règle religieuse (pas de vœux) ; Dominique de Guzmán avait réuni et organisé des laïcs en une « milice » chargée de résister aux hérétiques et de récupérer et défendre les biens de l'Église usurpés par des laïcs. Son père meurt en 1368 et, cette année-là, a lieu à Sienne un coup d’État lors duquel Catherine sauve ses frères.

De 1370 datent ses premières lettres et les premières conversions. À partir de 1375, elle prend de manière publique la défense des intérêts du pape, en s'engageant pour le retour des papes d'Avignon à Rome et pour l'unité et l'indépendance de l’Église. En 1378, après le décès de Grégoire XI, Urbain VI devient pape à l'issue d'une élection tumultueuse. Catherine émet des mises en garde mais malgré cela survient le Grand Schisme d'Occident et l’élection de
Robert de Genève, l'antipape Clément VII. La même année, Catherine commence la rédaction de ses Dialogues, qui auraient été composés en cinq jours d’extase, du 9 au 14 octobre. En 1380, elle meurt à l’âge de 33 ans exténuée par les austérités.
On a d'elle des traités de dévotion, des lettres et des poésies remarquables par l'élégance et la pureté du style. Elle laisse notamment un Dialogo della Divina Providenza, dicté deux ans avant sa mort, et 381 lettres adressées autant à des gens du peuple qu'à des puissants (papes, rois, clercs ou laïcs) qu'elle a rédigé durant les dix dernières années de sa vie. Ces écrits brûlent de ferveur mystique et sa rhétorique efficace, mélange d'images bibliques et d'expressions communes, dénote une forte volonté de persuasion. L'édition la plus exacte et la plus complète de ses œuvres est celle de Jérôme Gigu, sous ce titre : Opère délia serafica sauta Catarina, Sienne et Lucques, 1707-1713, 4 volumes in-4.
Sr Suzanne Noffke, dominicaine, est considérée comme la meilleure spécialiste traductrice en anglais de l’œuvre de Sainte Catherine de Sienne. La prière 13 (We were enclosed...) utilisée pour There the soul dwells est extraite de The prayers of saint Catherine of Sienna, New York 1983, 2ème édition New York 2001.