Err

Les spécialistes du chant choral
Salve Regina - Monteverdi - SA

Salve Regina - Monteverdi - SA

(Code: A111309242)
La Selva morale, l’ultime recueil de musique sacrée de l’auteur publié à Venise en 1641, nous est connue par quelques oeuvres phares comme les psaumes de vêpres (Dixit Dominus, Confitebor, Beatus vir, Laudate Dominum, etc.) et son Magnificat à 8 voix. Le recueil est pourtant constitué de quarante oeuvres sur des textes latins et italiens avec la présence aussi des deux styles évoqués pour la musique de Monteverdi, le style “ancien” avec son écriture contrapuntique à 4 voix a cappella et le style “moderne” répondant aux critères de l’esthétique baroque. C’est le cas avec les trois versions du Salve Regina pour une, deux ou trois voix auxquelles se mêlent pour le premier deux violons. La version à deux voix, pour “due Tenori o due Soprani”, avec sa basse continue, illustre donc ce répertoire nouveau de musique de chambre sacrée et cette attention particulière à la déclamation du texte. Si les premières mesures engagent les voix dans un principe d’écriture canonique, elles fonctionnent le plus souvent en duo ou en échos sans cesse alternés afin de mieux exprimer l’adoration, quasi une ivresse amoureuse avec la phrase “ad te suspiramus”, envers la Vierge Marie.
5,90 EUR
22g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

La Selva morale, l’ultime recueil de musique sacrée de l’auteur publié à Venise en 1641, nous est connue par quelques oeuvres phares comme les psaumes de vêpres (Dixit Dominus, Confitebor, Beatus vir, Laudate Dominum, etc.) et son Magnificat à 8 voix. Le recueil est pourtant constitué de quarante oeuvres sur des textes latins et italiens avec la présence aussi des deux styles évoqués pour la musique de Monteverdi, le style “ancien” avec son écriture contrapuntique à 4 voix a cappella et le style “moderne” répondant aux critères de l’esthétique baroque. C’est le cas avec les trois versions du Salve Regina pour une, deux ou trois voix auxquelles se mêlent pour le premier deux violons. La version à deux voix, pour “due Tenori o due Soprani”, avec sa basse continue, illustre donc ce répertoire nouveau de musique de chambre sacrée et cette attention particulière à la déclamation du texte. Si les premières mesures engagent les voix dans un principe d’écriture canonique, elles fonctionnent le plus souvent en duo ou en échos sans cesse alternés afin de mieux exprimer l’adoration, quasi une ivresse amoureuse avec la phrase “ad te suspiramus”, envers la Vierge Marie.