Err

Les spécialistes du chant choral
Puisque le ciel veut ainsi/ Amour n'a point des ailes

Puisque le ciel veut ainsi/ Amour n'a point des ailes

(Code: A110906031)

(1559-1615)La simplicité des Airs mis en musique de Jehan (ou Jean) Planson va de pair avec leur fraîcheur et le plaisir qu’on éprouve alors à en décliner toutes les strophes comme autant de facettes d’une même pierre précieuse. Nous avions déjà publié Belle, hélas pour votre amour Nous étions trois jeunes filles issues du même recueil imprimé à la fin du 16ème siècle et reflétant ce nouveau goût, par opposition au contrepoint franco-flamand, pour la restitution la plus spontanée d’un texte poétique strophique. Ici aussi, la périodicité des phrases musicales se superpose exactement aux différents vers de la poésie,c’est leur élan qui doit capter l’attention de l’auditeur. En complément de Puisque le ciel, la courte pièce Amour n’a point des ailes permettra, outre de se lier facilement à la précédente par sa transposition,de varier la couleur vocale par le dispositif SSAB, formule qu’on n’exploite pas assez pour cette raison musicale.

1,95 EUR
6g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%


(1559-1615)La simplicité des Airs mis en musique de Jehan (ou Jean) Planson va de pair avec leur fraîcheur et le plaisir qu’on éprouve alors à en décliner toutes les strophes comme autant de facettes d’une même pierre précieuse. Nous avions déjà publié Belle, hélas pour votre amour Nous étions trois jeunes filles issues du même recueil imprimé à la fin du 16ème siècle et reflétant ce nouveau goût, par opposition au contrepoint franco-flamand, pour la restitution la plus spontanée d’un texte poétique strophique. Ici aussi, la périodicité des phrases musicales se superpose exactement aux différents vers de la poésie,c’est leur élan qui doit capter l’attention de l’auditeur. En complément de Puisque le ciel, la courte pièce Amour n’a point des ailes permettra, outre de se lier facilement à la précédente par sa transposition,de varier la couleur vocale par le dispositif SSAB, formule qu’on n’exploite pas assez pour cette raison musicale.