Err

Les spécialistes du chant choral
Psaume 150- Choeur

Psaume 150- Choeur

(Code: A110805057)

Le Psaume 150 (ou Psaume CL) a été composé en 1984 pour l’inauguration de l’orgue de l’Institution des Jeunes Aveugles de Paris. César Franck était chargé de superviser la formation musicale dans cette Institution et de présider, chaque année, le concours de musique. Il n’est donc pas étonnant de savoir qu’on a pu faire appel à ses services et lui commander une oeuvre qui, non destinée à la liturgie, pouvait utiliser un texte en français. La première édition de cette oeuvre par Breitkopf en 1896 comportait d’ailleurs également un texte en allemand. L’oeuvre est écrite, à l’origine, pour bois, vents, timbales, harpe, choeur, cordes et orgue.Toutes les voix exposent le texte du psaume, d’abord en canon et par deux pupitres, puis en accords puissants. Le thème principal est énoncé à nouveau par un tutti fortissimo (à partir de la mesure 98/99). La conclusion est grandiose et saisissante. On notera également les alternances caractéristiques majeur/mineur (cf. par exemple mesures 71-72) les accords de septième et neuvième reliés par des passages chromatiques et des pédales de médiante (cf. par exemple mes. 127 et suivantes)

3,05 EUR
12g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%


Le Psaume 150 (ou Psaume CL) a été composé en 1984 pour l’inauguration de l’orgue de l’Institution des Jeunes Aveugles de Paris. César Franck était chargé de superviser la formation musicale dans cette Institution et de présider, chaque année, le concours de musique. Il n’est donc pas étonnant de savoir qu’on a pu faire appel à ses services et lui commander une oeuvre qui, non destinée à la liturgie, pouvait utiliser un texte en français. La première édition de cette oeuvre par Breitkopf en 1896 comportait d’ailleurs également un texte en allemand. L’oeuvre est écrite, à l’origine, pour bois, vents, timbales, harpe, choeur, cordes et orgue.Toutes les voix exposent le texte du psaume, d’abord en canon et par deux pupitres, puis en accords puissants. Le thème principal est énoncé à nouveau par un tutti fortissimo (à partir de la mesure 98/99). La conclusion est grandiose et saisissante. On notera également les alternances caractéristiques majeur/mineur (cf. par exemple mesures 71-72) les accords de septième et neuvième reliés par des passages chromatiques et des pédales de médiante (cf. par exemple mes. 127 et suivantes)