Err

Les spécialistes du chant choral
Petit bestiaire

Petit bestiaire

(Code: A110410059)

Petit Bestiaire, partition à 4 voix mixtes d’ Aurélien HALLOPEAU sur un texte de Guillaume APOLLINAIRE créée lors du festival Eufonia en octobre 2021
3,15 EUR
12g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Petit Bestiaire, composition pour chœur SATB a cappella de Aurélien Hallopeau, sur des poèmes de Guillaume Apollinaire :



Composée pour le concours de composition du festival Eufonia 2021 à Bordeaux, Petit Bestiaire est une pièce pour chœur mixte a cappella qui met en musique trois courts poèmes de Guillaume Apollinaire, issus de son recueil Le Bestiaire ou le Cortège d’Orphée : « La Puce », « La Carpe » et « L’ Écrevisse ». Les trois poèmes sont traités successivement avec la réutilisation de quelques motifs musicaux pour créer une unité à la pièce.
Voici quelques pistes de lecture qui ont guidé le compositeur dans la compréhension de ces textes. Pour son Bestiaire, Apollinaire s’inspire des bestiaires médiévaux, manuscrits, souvent religieux, regroupant des descriptions d’animaux, réels ou mythiques, ayant une portée didactique et symbolique. Ainsi, si les poèmes de ce recueil peuvent paraître énigmatiques au premier abord, il s’agit pour le poète de reprendre les codes des bestiaires moyenâgeux, tout en les détournant, dans le but d’exprimer ses joies, ses souffrances et ses attentes, toujours avec une pointe d’ironie. « La Puce » paraît dépeindre un portrait défaitiste des relations humaines ; « La Carpe » semble symboliser un ancien idéal perdu ; « L'Écrevisse » peut, quant à elle, représenter la lutte impuissante contre la fuite du temps.
Ces trois poèmes ont beaucoup inspiré Aurélien Hallopeau : à la fois amusants et profonds, ils constituent un texte parfait pour une pièce chorale contemporaine. Son idée initiale était de peindre au mieux les mots du texte, pour mieux en souligner le sens et l’ironie : des notes piquées du début de la pièce pour imager le sautillement de la puce, jusqu’à la marche à reculons des écrevisses, avec la reprise du thème, nous ramenant au début de la pièce, mais dans une rythmique plus lente, moins animée.
Le compositeur lauréat du concours nous confie : « C’est la première fois que cela m’arrivait mais c’est comme si la musique tombait sur les mots. Une première ébauche de cette pièce fut ainsi composée assez rapidement, rien qu’en chantonnant sur le texte. Restait ensuite à minutieusement agencer les voix et les effets ... »

Composition pour chœur à quatre voix mixtes (SATB) a cappella.



Pour en savoir plus sur Le Bestiaire ou le Cortège d’Orphée et sur sa genèse, vous pouvez consulter la troisième partie de la thèse de S. Dépoisse intitulée Les Livres de dialogue de Guillaume Apollinaire, un moment dans l’histoire du livre (en ligne : http://docnum.univ-lorraine.fr/public/NANCY2/doc431/2009NAN21003_2.pdf).