Err

Les spécialistes du chant choral
Omnia vanitas- Choeur et piano

Omnia vanitas- Choeur et piano

(Code: A121900961)
En Stock

Poème du troubadour FOLQUET DE ROMANS(13e s.), en occitan.
Cette oeuvre a obtenu le 2ème Prix de la catégorie “Création d’oeuvres avec instruments” du concours “Chansons pour changer de siècle” organisé par la région ACJ Pyrénées-Adour en 1998.
Le texte de Folquet de Romans (Foulques de Romans) est une violente charge contre les maux de son siècle (le XIIIe), dont bien des termes pourraient s’appliquer au XXe s. finissant... Son appel à un retour vers les valeurs fondamentales (pour le Moyen Age, c’est bien sûr la foi) prend des accents tantôt d’apostrophe véhémente (“qu’on laisse terre et fiefs”) tantôt de supplique pressante, les yeux dans les yeux (“Et toi, chétif, que feras-tu ?”) Trois parties (la première peut être exécutée isolément). Les cuivres répondent au choeur en un dialogue souvent haletant, tandis que timbales et caisse claire assurent l’ossature rythmique. Le piano peut éventuellement remplacer l’effectif instrumental. Les parties chorales ne présentent pas de grandes difficultés, ni vocales, ni musicales.

15,00 EUR
161g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Omnia vanitas (Benoit Amy De La Breteque/ Folquet De Romans)
Quand ben me soi apensat (Benoit Amy De La Breteque/ Folquet De Romans)
E tu caitu que faras ? (Benoit Amy De La Breteque/ Folquet De Romans)
Adonc garda com abraras (Benoit Amy De La Breteque/ Folquet De Romans)


Poème du troubadour FOLQUET DE ROMANS(13e s.), en occitan.
Cette oeuvre a obtenu le 2ème Prix de la catégorie “Création d’oeuvres avec instruments” du concours “Chansons pour changer de siècle” organisé par la région ACJ Pyrénées-Adour en 1998.
Le texte de Folquet de Romans (Foulques de Romans) est une violente charge contre les maux de son siècle (le XIIIe), dont bien des termes pourraient s’appliquer au XXe s. finissant... Son appel à un retour vers les valeurs fondamentales (pour le Moyen Age, c’est bien sûr la foi) prend des accents tantôt d’apostrophe véhémente (“qu’on laisse terre et fiefs”) tantôt de supplique pressante, les yeux dans les yeux (“Et toi, chétif, que feras-tu ?”) Trois parties (la première peut être exécutée isolément). Les cuivres répondent au choeur en un dialogue souvent haletant, tandis que timbales et caisse claire assurent l’ossature rythmique. Le piano peut éventuellement remplacer l’effectif instrumental. Les parties chorales ne présentent pas de grandes difficultés, ni vocales, ni musicales.