Err

Les spécialistes du chant choral
O bone Jesu

O bone Jesu

(Code: A110805111)

O bone Jesu, publié en dernière page de la partition, est une pièce à 4 voix dont le succès ne s’est jamais démenti depuis sa composition au XVIe siècle au point que les copies conservées l’attribuent à plusieurs auteurs différents. Une chose est certaine, il s’agit d’un musicien romain ayant travaillé en même temps que Palestrina pour la Chapelle Sixtine ou pour les églises Majeures comme Saint Jean de Latran. Les oeuvres sacrées d’Ingegneri sont souvent confondues dans les sources avec celles de Palestrina de même que certains de ses madrigaux avec ceux de Monteverdi.Pièce pour l’élévation, O bone Jesu est une pièce d’adoration sans effet d’écriture particulier. Cette écriture « verticale » donne ainsi la priorité à la diction du texte, à sa compréhension ainsi qu’au recueillement.La version à 8 voix (publiée sur les sept premières pages) est, sans aucun doute, du prénestin. Cette version présente des variantes textuelles par l’ajout de vers supplémentaires mais l’écriture en alternance des deux choeurs ne rompt pas le climat engendré par la version à 4. Seule la formule doxologique finale permet un ternaire plus allant et aux huit voix de s’exprimer ensemble sur « Amen ».

5,75 EUR
22g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%


O bone Jesu, publié en dernière page de la partition, est une pièce à 4 voix dont le succès ne s’est jamais démenti depuis sa composition au XVIe siècle au point que les copies conservées l’attribuent à plusieurs auteurs différents. Une chose est certaine, il s’agit d’un musicien romain ayant travaillé en même temps que Palestrina pour la Chapelle Sixtine ou pour les églises Majeures comme Saint Jean de Latran. Les oeuvres sacrées d’Ingegneri sont souvent confondues dans les sources avec celles de Palestrina de même que certains de ses madrigaux avec ceux de Monteverdi.Pièce pour l’élévation, O bone Jesu est une pièce d’adoration sans effet d’écriture particulier. Cette écriture « verticale » donne ainsi la priorité à la diction du texte, à sa compréhension ainsi qu’au recueillement.La version à 8 voix (publiée sur les sept premières pages) est, sans aucun doute, du prénestin. Cette version présente des variantes textuelles par l’ajout de vers supplémentaires mais l’écriture en alternance des deux choeurs ne rompt pas le climat engendré par la version à 4. Seule la formule doxologique finale permet un ternaire plus allant et aux huit voix de s’exprimer ensemble sur « Amen ».