Err

Les spécialistes du chant choral
Messe brève en mi bémol- Choeur & orgue

Messe brève en mi bémol- Choeur & orgue

(Code: A121900665)
La Messe brève à trois voix en mi bémol de Théodore Dubois a été éditée en 1878 chez l’éditeur parisien Graff pour des tessitures de soprano, alto et baryton avec accompagnement d’orgue et une contrebasse ad libitum. Une messe brève en effet puisqu’elle ne comporte que quatre des cinq parties de l’Ordinaire de la messe. Le Credo est omis et, musicalement, l’Agnus Dei sera la reprise du Kyrie initial.
C’est cette version intégrale en petit effectif que nous proposons avec cette présente édition.
12,40 EUR
136g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Découvrez la Messe Brève en Mi bémol pour chœur 3 Voix Mixtes  de Théodore Dubois

:


La Messe brève à trois voix en mi bémol a été éditée en 1878 chez l’éditeur parisien Graff pour des tessitures de soprano, alto et baryton avec accompagnement d’orgue et une contrebasse ad libitum. Une messe brève en effet puisqu’elle ne comporte que quatre des cinq parties de l’Ordinaire de la messe. Le Credo est omis et, musicalement, l’Agnus Dei sera la reprise du Kyrie initial.
C’est cette version intégrale en petit effectif que nous proposons avec cette présente édition.
Théodore réalisera, en 1893, une orchestration pour violons 1 & 2, alto, violoncelle et contrebasse, harpe et orgue de cette messe. Ce nouvel habillage orchestral, avec un effectif instrumental plus important, restera manuscrit, inédit ; une pièce actuellement conservée à la Bibliothèque nationale de France (BnF : Res. Vma, ms. 729).
Cette deuxième mouture est faite pour se superposer à la première, l’écriture pour choeur ne changeant pas, à quelques détails mineurs près. C’est pourquoi, nous proposons également - en complément de la partition originale pour choeur, orgue et contrebasse - la possibilité d’exécuter cette messe avec l’effectif instrumental enrichi que Théodore Dubois avait lui-même choisi

À propos de Théodore Dubois :



Théodore DUBOIS (1837-1924) est aujourd’hui davantage connu des professionnels de la musique avec son Traité d’harmonie théorique et pratique que du grand public car ses oeuvres, pourtant nombreuses, sont très rarement jouées ou chantées.
Hormis, la musique de chambre, symphonique ou pour orgue, se distinguent une production lyrique conséquente (opéras comiques, ballets) et un catalogue impressionnant de motets,oratorios et messes.
Grand Prix de Rome en 1861, ce compositeur né fit pourtant une carrière commemaître de chapelle et organiste à l’église de la Madeleine (succédant à Saint-Saëns), avant d’enseigner l’harmonie et la composition au Conservatoire de Paris dont il deviendra ensuite le directeur.
Sa musique sacrée est caractéristique de celle des musiciens français de la fin du XIXème siècle, comme en témoignent les trois messes solennelles, pleine d’emphase et les trois messes brèves, un témoignage de concision et d’intériorité à l’instar des autres messes de son temps, signées André Caplet ou Gabriel Fauré.
(Jacques BARBIER)

Sommaire :
  • Kyrie
  • Gloria
  • Sanctus
  • Benedictus
  • Agnus Dei

Articles complémentaires