Err

Les spécialistes du chant choral
Mack the knife- La complainte de Mackie

Mack the knife- La complainte de Mackie

(Code: A111309194)
Extrait de L’Opéra de Quat’sous (Die Dreigroschenoper) dont la première représentation eut lieu à Leipzig en 1928. Avec cet opéra comme avec Austieg und Fall der Stadt Mahagonny (Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny) Weill a créé un nouveau type de “song”, chargé de critiques sociales ou de sentimentalité, proche de la ballade, de la chanson et de la complainte dont ce célèbre extrait, illustre le genre. Mack the knife fut chanté et joué par de nombreux artistes, en particulier de jazz (Louis Armstrong, Ella Fitzgerald..). Cet arrangement ne présente pas de très grandes difficultés. Cependant, chaque couplet étant dans une tonalité différente, leur enchaînement est délicat. L'interprétation doit se faire de préférence avec un piano pour le soutien des modulations. Pour respecter l'habitude des jazzmen, un petit "scat" (improvisation, mais ici, écrite !) est proposé avant la reprise du dernier couplet.Particularité de l'arrangement, il est proposé en trois langues : allemand pour les puristes, anglais pour ceux qui ont l'âme plus jazzy et français pour ceux qui recherchent une originalité toute particulière. Cette version française de Boris Vian fort méconnue ne fut pratiquement pas chantée. Cet arrangement peut se superposer à la version voix mixtes (réf. ACJ 24038), les paroles sont en allemand et anglais.
6,70 EUR
33g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Extrait de L’Opéra de Quat’sous (Die Dreigroschenoper) dont la première représentation eut lieu à Leipzig en 1928. Avec cet opéra comme avec Austieg und Fall der Stadt Mahagonny (Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny) Weill a créé un nouveau type de “song”, chargé de critiques sociales ou de sentimentalité, proche de la ballade, de la chanson et de la complainte dont ce célèbre extrait, illustre le genre. Mack the knife fut chanté et joué par de nombreux artistes, en particulier de jazz (Louis Armstrong, Ella Fitzgerald..). Cet arrangement ne présente pas de très grandes difficultés. Cependant, chaque couplet étant dans une tonalité différente, leur enchaînement est délicat. L'interprétation doit se faire de préférence avec un piano pour le soutien des modulations. Pour respecter l'habitude des jazzmen, un petit "scat" (improvisation, mais ici, écrite !) est proposé avant la reprise du dernier couplet.Particularité de l'arrangement, il est proposé en trois langues : allemand pour les puristes, anglais pour ceux qui ont l'âme plus jazzy et français pour ceux qui recherchent une originalité toute particulière. Cette version française de Boris Vian fort méconnue ne fut pratiquement pas chantée. Cet arrangement peut se superposer à la version voix mixtes (réf. ACJ 24038), les paroles sont en allemand et anglais.