Err

Les spécialistes du chant choral
La peine

La peine

(Code: A111309179)
Maurice Carême est connu comme le poète des enfants. Il est même, peut-on dire, le poète de l’école. Mais ceci ne peut faire oublier qu’il est aussi et avant tout le poète de la condition humaine à travers les personnes avec lesquelles il vécut dans son Brabant natal. Quels admirables poèmes sur la Mère, la Femme ! Ce sont ces poèmes qui ont attiré les très nombreux compositeurs qui les ont mis en musique. Marcel Corneloup est parmi eux. Il a connu Maurice Carême. Pour les 75 ans du poète, il a composé Le Zodiaque tiré de L’Almanach du ciel. La Peine est un poème du recueil Petites légendes. C’est le regard de Maurice Carême sur les pauvres gens qui n’ont plus, parfois, que la mort pour les accompagner. La Peine est un peu ce visage de la mort. On pense au Roi des aulnes sans savoir si la pauvre femme qui a tout vendu est la réalité ou le visage de la mort qui regarde un passé qui n’existe plus. La musique de Marcel Corneloup à 3 et 4 voix de femmes épouse ce regard dans ses réflexions dramatiques.
1,95 EUR
6g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Maurice Carême est connu comme le poète des enfants. Il est même, peut-on dire, le poète de l’école. Mais ceci ne peut faire oublier qu’il est aussi et avant tout le poète de la condition humaine à travers les personnes avec lesquelles il vécut dans son Brabant natal. Quels admirables poèmes sur la Mère, la Femme ! Ce sont ces poèmes qui ont attiré les très nombreux compositeurs qui les ont mis en musique. Marcel Corneloup est parmi eux. Il a connu Maurice Carême. Pour les 75 ans du poète, il a composé Le Zodiaque tiré de L’Almanach du ciel. La Peine est un poème du recueil Petites légendes. C’est le regard de Maurice Carême sur les pauvres gens qui n’ont plus, parfois, que la mort pour les accompagner. La Peine est un peu ce visage de la mort. On pense au Roi des aulnes sans savoir si la pauvre femme qui a tout vendu est la réalité ou le visage de la mort qui regarde un passé qui n’existe plus. La musique de Marcel Corneloup à 3 et 4 voix de femmes épouse ce regard dans ses réflexions dramatiques.