Err

Les spécialistes du chant choral
Doso, doso juro je/ Canite, omnes homines

Doso, doso juro je/ Canite, omnes homines

(Code: A110600377)
Emil Cossetto a été directeur à la Maison de la Radio de Zagreb et chef de choeur et d'orchestre à Belgrade. Il a écrit plus d'un millier d'oeuvres, compositions pour orchestre, musique de chambre, cantates, oratorios et opéra. Doso, doso Juro Je est une partition de style populaire très facile, à chanter à pleine voix en faisant ressortir les accents indiqués. Les accords mentionnés permettent un accompagnement à la guitare."Juro, iter zelen Juro" signifie : "Georges, voilà le Georges Vert" (qui est arrivé). Zeleni Juro (Georges Vert) est un personnage de légende que l'on retrouve dans tout le folklore européen de l'Est. On le fête, aujourd'hui encore, au cours du mois de mai dans les environs de Zagreb. Il n'est pas étonnant de trouver tant de traces de ce saint puisqu'il était originaire de Cappadoce et vint en Libye où il terrassa un dragon. St-Georges fut beaucoup honoré et a joui d'une très grande popularité; son culte peut être assimilé à celui de l'arbre, de la renaissance. En Europe orientale, le grand jour pour mettre les bêtes en pâture pour la première fois au printemps, est le jour de la St-Georges, le 23 avril, date peu éloignée du 1er mai. Le bétail est couronné de fleurs et l'on chante :Le Georges Vert nous apportons,Le Georges Vert nous escortons. Puisse-t-il nourrir nos troupeaux,Sinon qu'on le jette à l'eau !Le Georges Vert (ou son effigie), chez les Slaves de Carinthie, est jeté à l'eau dans l'intention bien avouée de s'assurer la pluie qui fait verdoyer les prés et les champs en été. En Transylvanie et en Roumanie, la fête du Georges Vert fut longtemps la cérémonie la plus importante du printemps. Cette fête se retrouvait également en Russie où le saint est appelé Yegory ou Yury (très proche de notre Juro). De telles traditions se retrouv(ai)ent jusqu'en Bavière. Nous pouvons renvoyer le lecteur désireux d'en connaître davantage à l'ouvrage magistral "Le Rameau d'Or" de J. G. Frazer (Editions R. Laffont, col. "Bouquins").

2,95 EUR
12g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Emil Cossetto a été directeur à la Maison de la Radio de Zagreb et chef de choeur et d'orchestre à Belgrade. Il a écrit plus d'un millier d'oeuvres, compositions pour orchestre, musique de chambre, cantates, oratorios et opéra. Doso, doso Juro Je est une partition de style populaire très facile, à chanter à pleine voix en faisant ressortir les accents indiqués. Les accords mentionnés permettent un accompagnement à la guitare."Juro, iter zelen Juro" signifie : "Georges, voilà le Georges Vert" (qui est arrivé). Zeleni Juro (Georges Vert) est un personnage de légende que l'on retrouve dans tout le folklore européen de l'Est. On le fête, aujourd'hui encore, au cours du mois de mai dans les environs de Zagreb. Il n'est pas étonnant de trouver tant de traces de ce saint puisqu'il était originaire de Cappadoce et vint en Libye où il terrassa un dragon. St-Georges fut beaucoup honoré et a joui d'une très grande popularité; son culte peut être assimilé à celui de l'arbre, de la renaissance. En Europe orientale, le grand jour pour mettre les bêtes en pâture pour la première fois au printemps, est le jour de la St-Georges, le 23 avril, date peu éloignée du 1er mai. Le bétail est couronné de fleurs et l'on chante :Le Georges Vert nous apportons,Le Georges Vert nous escortons. Puisse-t-il nourrir nos troupeaux,Sinon qu'on le jette à l'eau !Le Georges Vert (ou son effigie), chez les Slaves de Carinthie, est jeté à l'eau dans l'intention bien avouée de s'assurer la pluie qui fait verdoyer les prés et les champs en été. En Transylvanie et en Roumanie, la fête du Georges Vert fut longtemps la cérémonie la plus importante du printemps. Cette fête se retrouvait également en Russie où le saint est appelé Yegory ou Yury (très proche de notre Juro). De telles traditions se retrouv(ai)ent jusqu'en Bavière. Nous pouvons renvoyer le lecteur désireux d'en connaître davantage à l'ouvrage magistral "Le Rameau d'Or" de J. G. Frazer (Editions R. Laffont, col. "Bouquins").