Err

Les spécialistes du chant choral
Dixit Dominus RV 595

Dixit Dominus RV 595

(Code: CP_14162200)
Le Dixit Dominus RV 595 partage quelques points communs avec l'arrangement plus célèbre sur le même psaume, RV 594, mais en diffèrent aussi nettement : en étant écrit pour un ensemble uni (c.-à-d., pas « in due cori »), et en appartenant à la première période de musique sacrée de Vivaldi, vers 1715, et non d’une période ultérieure. Ses deux Gloria, RV 588 et RV 589 présentent également des parallèles stylistiques. Trois des onze mouvements composant le RV 595 ont emprunté des éléments de mouvements de compositeurs inconnus dans la propre collection de Vivaldi (pour deux des cas), et d'un madrigal (bien déguisé) publié en 1705 par Antonio Lotti (pour l’autre cas). Les emprunts se fondent bien dans le décor sans perturber son caractère bien unifié. Ses deux premiers moments (animé puis émouvant) ainsi que le quatrième mouvement, « Tecum principium », où deux violoncelles obbligato dialoguent avec deux sopranos, font partie des points forts du RV 595. Ce Dixit Dominus, conservé à Prague, se classe parmi les meilleures compositions vocales sacrées de grande envergure de Vivaldi. L'introduction et les commentaires critiques sont basés sur l'édition critique de Michael Talbot publiée en 1993.

12,90 EUR
252g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Le Dixit Dominus RV 595 partage quelques points communs avec l'arrangement plus célèbre sur le même psaume, RV 594, mais en diffèrent aussi nettement : en étant écrit pour un ensemble uni (c.-à-d., pas « in due cori »), et en appartenant à la première période de musique sacrée de Vivaldi, vers 1715, et non d’une période ultérieure. Ses deux Gloria, RV 588 et RV 589 présentent également des parallèles stylistiques. Trois des onze mouvements composant le RV 595 ont emprunté des éléments de mouvements de compositeurs inconnus dans la propre collection de Vivaldi (pour deux des cas), et d'un madrigal (bien déguisé) publié en 1705 par Antonio Lotti (pour l’autre cas). Les emprunts se fondent bien dans le décor sans perturber son caractère bien unifié. Ses deux premiers moments (animé puis émouvant) ainsi que le quatrième mouvement, « Tecum principium », où deux violoncelles obbligato dialoguent avec deux sopranos, font partie des points forts du RV 595. Ce Dixit Dominus, conservé à Prague, se classe parmi les meilleures compositions vocales sacrées de grande envergure de Vivaldi. L'introduction et les commentaires critiques sont basés sur l'édition critique de Michael Talbot publiée en 1993.