Err

Les spécialistes du chant choral
Cent mille milliards de visages

Cent mille milliards de visages

(Code: A121900723)
Cent mille milliards de visages, composition de Victor PAGE, textes de Raymond Queneau, suite pour chœur a cappella à quatre voix mixtes SATB
13,00 EUR
161g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%

Cent mille milliards de visages, composition de Victor PAGE, textes de Raymond Queneau, suite pour chœur a cappella à quatre voix mixtes SATB :



Où l'envie de composer de la musique vocale rencontre l'œuvre poétique de Raymond Queneau

 

"Passionné de la voix et du chœur, je nourrissais depuis 2012 le projet d’écrire une œuvre vocale aux dimensions d’une petite messe. Mais, les textes liturgiques me parlant peu, j'ai rapidement cherché un moteur littéraire plus attrayant et inspirant. Suite à des recherches peu fructueuses menées du côté de poètes anglais, j'ai découvert la prose de Raymond Queneau via Exercices de Style et Contes et Propos, avant de tomber tout entier dans sa poésie, fasciné par l’élégance de son écriture. Ici la légèreté et l’humour, qualités connues et reconnues chez Queneau, côtoient souvent une grande profondeur. Refaire l’histoire avec malice (à l’heure où…), contempler la nature avec fantaisie (la foudre, les hippocampes) ou mélancolie (buccin), plonger sobrement dans les profondeurs humaines (à partir du désert, vaine ambition, lampes taries), c’est cette diversité de tons et d’émotions qui a dirigé la composition de cet album.

Alors queneausien néophyte, l’écriture musicale ne s'est pas faite avec la poésie déjà digérée et prise pour acquise, mais dans la curiosité et la découverte. Processus doublement excitant ! Découvrir les mots et leur sens en même temps que se construit la musique autour d’eux. Parfois même, le sens d’un poème m’apparaissait après en avoir composé la musique - quant à prétendre avoir tout compris et exploré de ces vastes poèmes, je n’y songe pas."

De l'idée au CD

 

"Du premier poème mis en musique en 2012 aux derniers jours d’écriture en 2017, ce sont cinq ans en pointillés à composer, raturer, gommer, à replonger dans le recueil, éliminer des poèmes choisis, en sélectionner de nouveaux. Cinq ans à envisager tous les aboutissements possibles, à sculpter ce projet sans savoir encore sous quelle forme il naîtrait.

À l’arrivée, ce sont seize poèmes rassemblés en un disque, traversés par diverses sources d’inspirations, incluant en vrac Olivier Messiaen, Benjamin Britten, Béla Bartók, Arvo Pärt, Eric Whitacre, Crosby Stills Nash & Young, Eric Bibb, Steven Wilson, Opeth, Tigran Hamasyan, Take 6, le Mystère des Voix Bulgares, Eivind Aarset, Meshuggah, Trent Reznor ou encore Scott Walker.

En exergue de son recueil Cent Mille Milliards de Poèmes, Raymond Queneau indiquait qu'on en aurait pour "plus d'un million de siècles de lecture”. Considérant la richesse de son œuvre poétique toute entière, j'ajouterais : "... et un million de plus en composition musicale.”

Voici alors une petite fenêtre ouverte sur les « cent mille milliards de visages » de Raymond Queneau, pour chœur à 4 voix mixtes (SATB) a cappella :


Durée d’exécution totale : environ 30 minutes

Écouter l’œuvre sur le site du compositeur : http://www.victorpage.fr/centmillemilliardsdevisages.html

Sommaire :
  • Vaine ambition : 1’29’’
  • Lampes taries : 3’01’’
  • La foudre : 1’23’’
  • Les ziaux : 4’16’’
  • Les hippocampes : 1’12’’
  • Amour glacé : 2’39’’
  • Songe creux : 3’04’’
  • À l’heure où... : 2’38’’
  • La brèche : 0’25’’
  • Il pleut : 1’00’’
  • Buccin : 1’20’’
  • À partir du désert : 5’07’’