Err

Les spécialistes du chant choral
Amazing grace

Amazing grace

(Code: A110603031)

Amazing Grace est l'un des chants protestants les plus connus en Grande-Bretagne, en Irlande et aux États-Unis. Les paroles ont été écrites par John Newton, probablement en 1760 ou 1761, et publiées par Newton et William Cowper en 1779, dans la collection des Olney Hymns. John Newton (1725-1807) était le capitaine d'un navire négrier. Le 10 mai 1748, sur le chemin du retour, au cours d'une tempête, il a connu une "grande délivrance". Dans son journal il a écrit que le bateau risquait de couler. Après avoir survécu à cette tempête, il devint pasteur et renonça au trafic d'esclaves, au point de devenir militant de la cause abolitionniste. La mélodie de cette chanson n'a pas été composée par Newton, et les paroles ont d'abord été chantées sur de nombreuses autres mélodies avant d'être définitivement accolées à celle-ci. Cette mélodie est celle d'un vieil air irlandais ou écossais. Selon certaines sources, elle aurait plutôt été empruntée aux esclaves eux-mêmes et serait d'origine sud-africaine. Ce spiritual a également influencé la musique celtique. C'est aujourd'hui un des airs les plus joués à la cornemuse. Barbara POLLARD DAWSON, née en 1957 à Derby (Angleterre), a repris des études musicales (piano, chant, théorie) après un accident de travail qui l’a obligé à quitter sa profession d’origine (cadre infirmière). Elle est actuellement professeur de musique en Dordogne et dirige l’Ensemble Vocal “Les Vocalies"

1,90 EUR
6g
Remise sur quantité
A partir de20
Remise10,00%


Amazing Grace est l'un des chants protestants les plus connus en Grande-Bretagne, en Irlande et aux États-Unis. Les paroles ont été écrites par John Newton, probablement en 1760 ou 1761, et publiées par Newton et William Cowper en 1779, dans la collection des Olney Hymns. John Newton (1725-1807) était le capitaine d'un navire négrier. Le 10 mai 1748, sur le chemin du retour, au cours d'une tempête, il a connu une "grande délivrance". Dans son journal il a écrit que le bateau risquait de couler. Après avoir survécu à cette tempête, il devint pasteur et renonça au trafic d'esclaves, au point de devenir militant de la cause abolitionniste. La mélodie de cette chanson n'a pas été composée par Newton, et les paroles ont d'abord été chantées sur de nombreuses autres mélodies avant d'être définitivement accolées à celle-ci. Cette mélodie est celle d'un vieil air irlandais ou écossais. Selon certaines sources, elle aurait plutôt été empruntée aux esclaves eux-mêmes et serait d'origine sud-africaine. Ce spiritual a également influencé la musique celtique. C'est aujourd'hui un des airs les plus joués à la cornemuse. Barbara POLLARD DAWSON, née en 1957 à Derby (Angleterre), a repris des études musicales (piano, chant, théorie) après un accident de travail qui l’a obligé à quitter sa profession d’origine (cadre infirmière). Elle est actuellement professeur de musique en Dordogne et dirige l’Ensemble Vocal “Les Vocalies"